top of page

Voyageons ensemble sur les 8 membres du Yoga selon Patanjali

Dernière mise à jour : 13 déc. 2020

Les 4 premiers membres sont externes et les 4 derniers membres internes

Externes : il s’agit ici de travailler sur la vie sociale, le corps physique, la respiration. On se concentre sur les interactions entre le mental et l’environnement.

Internes : on parle maintenant d’un travail d’intériorisation via l’observation, l’analyse, la réflexion, la contemplation, la méditation et l’accomplissement.


Yamas : les attitudes envers les autres

Le 1er membre

Ahimsa - Sans Violence

Satya - Vérité

Asteya - Honnêteté

Brahmacharya - Continence

Aparigraha - Sans attachement


Nyamas : les attitudes envers soi

Le 2ème membre

Çauca - Pureté

Samtosha - Contentement

Tapas - Effort sur soi

Svadhyaya - Etudes

Içvara pranidhana - Consécration


Asana - Postures Physiques

Le corps est considéré comme le temple de l'esprit. Il est donc essentiel d'en prendre soin pour notre évolution spirituelle. Les asanas sont le 3ème membre et en les pratiquants, nous développons une habitude de discipline et une faculté de concentration, qui sont toutes deux nécessaires à la méditation.

L'asana est une posture que l'on peut tenir pendant un certain temps, en restant détendu, stable, confortable et immobile. Les asanas se perfectionnent au fil du temps par la relaxation de l'effort avec la méditation sur l'infini, cette combinaison et cette pratique arrêtent le frémissement du corps. Toute posture qui cause de la douleur ou de l'agitation n'est pas une posture yogique. Une des conditions d'une posture correcte pour la méditation assise est de garder la poitrine, le cou et la tête dressés (bonne posture vertébrale).


Pranayama - Discipline du souffle

Le 4ème membre est le contrôle du processus de respiration, extension de la force vitale. Il prolonge la vie et rajeunit le corps.

Dans le mot Pranayama "Prana" veut dire souffle "Yama" veut dire retenue. La pratique de la régulation consciente de la respiration (inspiration, pause complète, expiration et pause vide). Modifier le rythme de la respiration est la manière la plus facile d’influencer l’état d’esprit. On peut modifier son humeur en jouant sur l’accélération de sa respiration. De la même manière, on peut l’utiliser pour devenir calme, en réduisant sa respiration. Cela se fait de plusieurs manières, par exemple en inspirant puis en suspendant l'expiration pendant une période, en expirant puis en suspendant l'inhalation pendant une période, en ralentissant l'inspiration et l'expiration, ou en changeant consciemment le moment et la durée de la respiration.


Pratyahara - Abstraction des sens

Pratyahara marque la transition de l'expérience du yoga des quatre premiers membres qui perfectionnent les formes externes, aux quatre derniers membres qui perfectionnent l'état intérieur du yogi: se déplacer de l'extérieur vers l'intérieur, de la sphère externe du corps à la sphère interne de l'esprit.

Le 5ème membre, signifie retrait sensoriel. Au cours de cette étape, nous faisons l'effort conscient de détacher notre conscience du monde extérieur et des stimulus externes. En étant pleinement conscient de cultiver un détachement de nos sens, nous plaçons notre attention vers l'intérieur. La pratique du pratyahara nous permet de prendre du recul pour nous observer nous-mêmes. Observer objectivement nos envies : des habitudes qui nuisent peut-être à notre santé et sont susceptibles de freiner notre développement intérieur.


Dharana - Concentration

Chaque étape nous prépare pour la suivante, la pratique du 5ème membre créé donc les conditions pour le 6ème membre Dharana. Débarrassés des distractions extérieurs, nous sommes en mesure de gérer les distractions de l'esprit lui-même. Ce qui est loin d'être facile. Dans cette pratique qui prépare à la méditation, nous apprenons à ralentir le processus de réflexion en nous concentrant sur un seul objet mental : un centre énergétique spécifique ou notre respiration. L'image d'une divinité ou la répétition d'un son. Nous avons déjà commencé à développer nos capacités de concentration lors des trois précédentes étapes de la posture, du contrôle de la respiration et du retrait des sens. Dans les asanas et pranayama, même si nous nous concentrons sur nos actions, notre attention vagabonde. Notre centre d'attention se déplace constamment afin de peaufiner les nombreuses nuances d'une posture ou technique de respiration particulière. Contrôle du processus de respiration, extension de la force vitale. Il prolonge la vie et rajeunit le corps. Dans pratyahara, nous nous observons nous-même, dans dharana, nous nous concentrons sur une seule chose. Des périodes de concentration prolongées conduisent naturellement à la méditation.


Dhyana - Méditation

Dhyana signifie littéralement "contemplation, réflexion" et "méditation profonde et abstraite". Dhyana est le 7ème membre. Bien que Dharana et dhayna semblent se rejoindre, il existe une distinction subtile entre ces deux étapes. Alors que dans la pratique du dharana, nous fixons notre attention sur un point. Dhayana est un état de pleine conscience sans concentration. L'esprit est alors apaisé, et dans ce silence, il produit peu ou pas de pensées. La force et l'endurance que requiert cet état de quiétude sont assez impressionnantes mais sans se décourager, même si cela semble impossible. Car le yoga est un processus. Même si l'on ne parvient pas à atteindre la posture parfaite ou l'état de conscience idéal, chaque étape de notre évolution est bénéfique.


Samadhi - Contemplation

Patanjali décrit cette 8ème et dernière étape d'ashtanga, samadhi, comme un état d'extase. Lors de cette étape, le méditant fusionne avec l'objet de sa méditation et transcende le moi. Il en vient à réaliser une connexion profonde avec le divin, une interconnexion avec tous les êtres vivants. Cette réalisation s'accompagner de la paix qui permet toute compréhension. L'expérience du bonheur et de ne faire qu'un avec l'Univers. À première vue, ce genre d'objectif peut sembler quelque peu idéaliste voire prétentieux. Mais si l'on réfléchit bien à ce que l'on attend de la vie, la joie, l'épanouissement et la liberté n'auraient pas leur place sur notre liste d'espoirs, de souhaits et de désirs ? Patanjali décrit comme l'achèvement du parcours yogique et au fond ce à quoi aspirent tous les êtres humains : la PAIX.

Nous pourrions également réfléchir sur le fait que l'on ne peut ni acheter, ni posséder cette ultime étape du yoga, "l'illumination". On ne peut en faire l'expérience qu'à travers le dévouement continuel de l'aspirant.


L'arbre du Yoga Symbole


Samadhi : les fruits

Dhyana : Les fleurs

Dharana : La sève

Pratyahara : L'écorce

Pranayama : Les feuilles

Asana : Les branches

Nyamas : Le tronc

Yamas : Les racines





Vulgarisation par Jean Lechim (article Yoga Sutra, lechim.ch)

"Il est important aussi de se rendre compte de la vastitude de ce cheminement; comme il est bon de se rappeler qu'il n'était proposé à l'époque qu'à quelques êtres d'exception qui, lorsqu'ils l'entreprenaient, étaient prêts à renoncer joyeusement au monde, à se mettre aux pieds de leur guru (celui qui disperse les ténèbres) pour étancher leur soif de connaissance et d'absolu.

Les temps ont changé. Le yoga est maintenant proposé à tout un chacun. Et bien heureusement, car il est un bienfait pour l'humanité. Qui plus est, le plus souvent, ceux qui le présentent ne sont pas des maîtres, mais des professeurs qui n'en ont qu'une connaissance, sincère, espérons-le, mais partielle. Enfin, les pratiquants n'ont que très exceptionnellement cette motivation radicale des premiers temps. Mais qu'ils se mettent en chemin pour toutes sortes de raisons moins glorieuses certes, mais parfaitement valables (mal de vivre, insomnie, nervosité, maladie, remise en forme, remise en question, etc.), le "miracle du yoga" persiste, en ce sens qu'une démarche bien conduite épure et transforme naturellement ces motivations terre à terre des débuts en une quête toujours plus enthousiaste de la Vérité."


52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page